Articles

ManiFiesta 2016, c'est MANU CHAO comme tête d'affiche; Kery James, Asian Dub Foundation et Babylon Circus démontrant la richesse et la diversité du programme musical, c'est aussi de nombreux invités nationaux et internationaux qui promettent des discussions passionnantes, c'est enfin une place des jeunes fourmillant d'organisations diverses et variées ainsi que la finale de notre propre concours musical: Make Music Not War... Manifiesta c'est tout ça et beaucoup plus encore ! N'hésite pas à acheter ton ticket ici :

Le 30 août, la Haute Ecole de la Province de Liège a changé son Règlement d’ordre intérieur, interdisant dorénavant « tout couvre-chef » pour ses 9 000 étudiants. 60 filles portant le foulard sont concernées. Elles risquent de ne plus pouvoir continuer leurs études. Pour Comac (le mouvement étudiant du PTB) cette interdiction est en opposition totale avec le prétendu objectif de la mesure : l’émancipation des étudiantes concernées. Quelques réactions de Mehdi Salhi (ancien responsable de Comac haute-école) et Sophie Lecron, conseillère communale du PTB à Liège.

L'instauration d'une sélection à l'entrée des études de médecine en Fédération Wallonie-Bruxelles est imminente. La communautarisation du débat entre ministres fédéral et communautaire qui se renvoient la responsabilité du problème empêche de voir le débat de fond : les quotas de numéros INAMI distribués sont insuffisants pour répondre aux besoins de notre société.

« Selon moi, les négociations du TTIP avec les Etats-Unis ont échoué. » Cette déclaration de Sigmar Gabriel, vice-chancelier social-démocrate allemand (SPD) a rapidement fait le buzz. En effet, ce ministre du pays européen le plus puissant avait jusqu'ici totalement soutenu le TTIP, ce projet d'accord de libre-échange transatlantique1. Ce revirement est le résultat le plus visible de la montée de la pression populaire partout en Europe. Si la bataille n'est pas encore gagnée, la victoire semble bien à portée de main.

Le football est souvent une fête, mais pas uniquement. Parfois, c'est aussi un moyen de dénoncer une injustice. Comme l'ont fait mercredi passé les supporters du Celtic Glasgow lors de leur match contre l'Hapoel Be'er Sheva, une équipe israélienne. Ils soutenaient non seulement le Celtic, mais aussi la Palestine, en arborrant son drapeaux noir, rouge, blanc et vert.

 

La question des numéros Inami pour les étudiant·e·s en médecine défraie la chronique depuis des mois et ça ne semble pas prêt de s'arrêter. Voici un petit topo pour comprendre les enjeux de ce dossier important.

Les chiffres sont tombés hier, il y a 246 « reçus collés » au terme de la première année de médecine, c'est-à-dire 246 étudiants qui ont réussi leur année, mais ne pourront tout de même pas passer en deuxième. « Cette sélection qui limite le libre accès à l'enseignement est non seulement inacceptable, mais aussi totalement absurde explique Charlie Le Paige, président de Comac, le mouvement étudiant du PTB. On estime qu'il faut 1 généraliste pour 1 100 habitants, nous sommes aujourd'hui à 1 pour 1 300, selon les chiffres officiels. Nous sommes donc déjà en dessous du nombre nécessaire. Comment expliquer qu'on exclut alors ainsi des centaines d'étudiants qui réussissent ? C'est non seulement injuste pour ces étudiants, mais aussi dangereux pour l'avenir des soins de santé. Selon nous, il faut revoir de fond en comble cette politique de quotas et de sélection avec comme objectif de garantir un système de soins de santé accessible »

TTIP GAME OVER est un appel à mettre en place des actions directes non violentes et de désobéissance civile en vue de mettre un terme aux négociations des traités de libre-échange, notammentle TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership). Cet appel citoyen nous apparaît comme légitime, nécessaire et pertinent. Voilà pourquoi Comac le soutient et participe aux actions organisées dans le cadre de cette initiative

Comac, le mouvement étudiant du PTB et ROOD, le mouvement de jeunes du SP Nederland, ont organisé simultanément des actions ce jeudi 30 juin devant les cabinets respectifs des ministre de la Défense pour protester contre les bombardements que mènent ces gouvernement en Syrie et en Irak

Le 4 mars dernier, le conseil d’administration de l’université de Gand prenait la décision d’augmenter les frais d’inscription des masters complémentaires (Master na Master, ou « Manama ») jusqu’à 5 330 euros. Une pétition, une chanson et trois rassemblements plus tard, les étudiants réussissent à empêcher la hausse.

Pages